Aller à la navigation | Aller au contenu

Publije, revue de critique litteraire
(littérature pour la jeunesse et littérature générale)

La simplicité, une notion complexe ? / Dir. N.Prince & P.Eichel-Lojkine

Reza MIR-SAMII

De la simplicité en langue

Article

Résumé

L’objectif de cette contribution est de montrer, grâce à quelques dictionnaires de référence, que l’examen des valeurs de simplicité fondées sur celles de l’adjectif simple est révélateur de sa complexité.

Abstract

The purpose of this paper is to show, with the help of a number of reference dictionaries, that a close examination of the values of simplicity derived from those conveyed by the adjective simple is indeed revealing of its complexity.

Table des matières

Texte intégral

1Dans son apparente « facilité », la simplicité est une notion difficile à saisir tant les valeurs sont diverses et multiples selon les cas. Le travail que je propose ici est simple, c’est-à-dire accessible à des non-spécialistes, facile à comprendre. Pour le considérer, je propose, en m’appuyant sur des dictionnaires de référence (Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, Trésor de la Langue Française-TLF), de partir tout simplement du terme qui le fonde ou sur lequel il repose : simple.

1. Simple

2 Pour saisir ce terme, on peut le faire à travers les formes et oppositions qu’il présente avec les autres termes de la langue. En premier lieu, il s’agit d'un adjectif qualificatif qui peut également s’employer comme nom. Pour l’apprécier, voici les premières indications dans l'article que lui consacre Le Dictionnaire historique de la langue française (4e éd., 2010, p. 2111-2112) :

SIMPLE adj et n.m. est emprunté (v. 1125) au latin classique simplex, -icis, littéralement « plié une fois » qui signifié « formé d'un seul élément », « seul, isolé », « naturel, sans artifice » et dans le domaine moral « sans détour, ingénu, naïf ». Sim-, premier élément de cet adjectif se rattache à une racine indo-européenne °sem- désignant l’unité et exprimant l’identité ( ensemble ; singulier) ; le second élément ( duplex) vient d’une racine °plek- qui a par ailleurs fourni en latin plectere ( plier).

3En tant qu’adjectif, il peut qualifier, d’après les trois dictionnaires retenus, aussi bien des noms animés humains que des non-animés :

  • Associé à une personne, il qualifie aussi bien positivement que négativement, et signifie :

    • droit, franc, innocent, pur, modeste, crédule, niais, simplet, arriéré (simple d’esprit), sans raffinement, appartenance d'une classe sociale particulière

  • Associé à un objet, il peut signifier :

    • unicité (un aller simple vs aller-retour, nœud simple),

    • élémentaire, pur (une simple formalité),

    • seul (valeur adverbiale lorsque antéposé au nom, simple chemise),

    • compréhensible, facile, commode, familier (« un style simple »),

    • sans cérémonie (« une réception très simple »).

4Il a pour contraires/antonyme :

- Fin, rusé

- Complexe, compliqué, composé, difficile

- Apprêté, étudié, recherché, sophistiqué

5Ce qui est également remarquable dans ses valeurs, c’est la perception de l’unicité vs « plus d’un » qui ne va sans poser des difficultés, comme cela s’observe dans son emploi nominal spécialisé en tennis, simple/double dames, messieurs. Mais « simple dames / messieurs » est déjà « double », et dans cette simplicité, ne faudrait-il pas d’emblée voir la complexité à travers le pluriel ou l’expression de la totalité ? Ce n’est donc pas simple !

6Cela dit, outre ces sens et valeurs, ce terme sert d’étiquette, pour ne pas dire d’étalon/de repère en linguistique, ou en grammaire, pour envisager « ce qui n’est pas simple ». Cette différenciation ou « opposition » entre simple/« non-simple » transcende tout le système et traverse tous les domaines : morphologie, syntaxe (sans parler de la « simplification de l’orthographe ») et on la rencontre dans toutes les descriptions.

7Une forme dite Simple s’oppose à celles dites complexes, composées, locutionnelles. À chaque fois, on assiste à une distinction entre ce qui est « pur » et sans ajout, et ce qui est issu d’un ajout ou qui présente un élément de plus par rapport à la forme « pure », à la forme de base, d’origine.

8Ainsi, on distingue parmi les phrases, les phrases simples (celles avec un seul verbe [prédicat] ou celles sans verbe) et les phrases complexes (celles avec deux verbes conjugués ou prédicats cf. la diversité des propositions : subordination, coordination, juxtaposition).

9Parmi les verbes, on oppose les verbes simples aux verbes pronominaux, issus de l’ajout d’un pronom réfléchi.

10Parmi les temps, on différencie les temps simples et composés, issus de l’ajout d’un auxiliaire (cf. passé simple, passé composé), ou surcomposés, avec un auxiliaire lui-même composé.

11Du point de vue morphologique et lexical, on dit de certaines formations qu’elles concourent à la simplification telles la tendance à remplacer la conjugaison « complexe » de certains verbes par celles plus simples (choirtomber), ou à ne créer des verbes qu’en -er.

12À cela s'ajoute aussi, et ce pour toutes les classes, la distinction entre simple vs dérivé et composé. De ce point de vue, la morphologie de simple en fait un mot simple, par opposition aux termes obtenus par dérivation. Tels les mots suivants issus d’une suffixation, présentés par ordre chronologique de leur formation (datation d’après Le Robert) :

simplement adv  milieu XII; de simple

simplet, ette adj  vers 1205 ; de simple

simplifier v.tr.  1470 ; simplefier début  XVe; latin médiéval simplificare

[contraire : compliquer, complexification, complexifier]

simplification n.f.  1470 ; de simplifier [contraire : Complication]

simplifié, ée adj  1762 ; de simplifier

simplificateur, trice adj  1786 ; du rad. de simplification

simplisme n.m.  1822 ; de simpliste

simpliste adj  1836 ; « marchand de simples » n. m. 1600 ; de simple 

simplifiable adj  1844 ; de simplifier

simplexe n.m.  1937 ; de simple

13et bien évidemment aussi : simplicité.

2. Simplicité

14 Bien qu’emprunté au latin (cf. ci-après), on peut y voir un terme issu de suffixation en –ité, tant ce suffixe est productif en synchronie. En effet, bien des termes sont formés à l’aide de ce suffixe –ité (efficacité) ou de ses variantes -eté (saleté), - (bonté, fierté, cherté) à partir d’une base adjectivale simple pour former des noms féminins.

15Les noms dérivés sont des abstraits exprimant une qualité, une propriété ou une fonction (totalité, obésité, mondanité, actualité) ; ces propriétés sont censées être vues comme « objectives ». L’attribution de cette propriété ou de cette qualité, comme le montrent les définitions s’applique, comme dans le cas de simple, aussi bien à des noms animés qu’à des non-animés.

16Cette indication suffixale donnée, d’après bien des sources (TLF, Dictionnaire historique, Dictionnaire de l'Académie), simplicité est d’origine latine (simplicitas « substance simple ») et est attesté depuis le XIIe. D’après le TLF (à la fin de son article, « étymologie et histoire »), son sens premier est :

17« qualité de ce qui est un, non complexe » et « qualité de celui qui a une nature ingénue, naïve ».

18Et le TLF de dresser l’évolution et les « modifications » du terme dans le temps :

191. a) 1re moitié XIIe s. « naïveté (de celui qui a la foi) » […] ;

20b) ca 1240 « humilité » […] ;

21c) 1538 p. ext. « naïveté trop grande, facilité à se laisser tromper » […] ;

222. a) 1484 « qualité du nombre parfait » […] ;

23b) 1516 « qualité de ce qui n’est pas composé, multiple » […] ;

243. a) 1559 « qualité d’une personne qui ne recherche ni le faste ni l’apprêt » […] ;

25b) 1579 « qualité de ce qui est sans recherche » […].

26Il est également attesté dès sa première édition (1964) dans le Dictionnaire de l'Académie (d’après le TLF), et on y voit que la valeur de départ du terme latin « se précise » et « se complexifie », comme l'illustrent les différentes éditions du Dictionnaire :

271re édition (1694, p. 480) :

28Simplicité. s.f. Naïveté, qualité de ce qui est simple1. Simplicité naturelle. simplicité chrestienne. la simplicité d'un enfant, d'un bon Religieux. simplicité de mœurs. grande simplicité d'esprit. simplicité de cœur. il affecte une grande simplicité dans ses mœurs, dans son langage, dans ses habits, dans ses meubles.

29Il signifie aussi, Niaiserie. Trop grande facilité à croire, à se laisser tromper. Je ne vis jamais une si grande simplicité. je vay vous conter une grande simplicité d'un tel.

304e édition (1762, p. 729) :

31SIMPLICITÉ. s.f. Qualité de ce qui est simple. Simplicité naturelle. Simplicité chrétienne. La simplicité d'un enfant, d'un bon Religieux. Simplicité de mœurs. Grande simplicité d'esprit. Simplicité de cœur. Il affecte une grande simplicité dans ses mœurs, dans son langage, dans ses habits, dans ses meubles. Simplicité de style.

32Il signifie aussi, Niaiserie, trop grande facilité à croire, à se laisser tromper. Je ne vis jamais une si grande simplicité. Je vais vous conter une grande simplicité d'un tel.

338e édition (1932-1935) :

34(1) SIMPLICITÉ. n. f. Qualité de ce qui n’est pas composé. La simplicité de la substance de Dieu.

35Il signifie plus ordinairement Caractère de ce qui n’est pas compliqué. La simplicité d'un plan, d'une méthode. La simplicité de l'action d'une pièce.

36Il désigne aussi le Caractère de ce qui est sans apprêt, sans recherche. Il est d'une grande simplicité dans ses vêtements, dans ses manières, dans son langage. Cet écrivain a une grande simplicité de style.

37Il désigne aussi la Qualité de ce qui est sans détours, sans déguisement. La simplicité d'un enfant. Simplicité de cœur. Aimable simplicité.

38Il signifie aussi Naïveté, trop grande facilité à croire, à se laisser tromper. Je ne vis jamais une si grande simplicité. C'est une grande simplicité de croire cela. Il y a de la simplicité dans son cas.

39Plus « précis » est, avec ses définitions et datations le Dictionnaire historique de la langue française (4e éd., 2010, p. 2112) qui termine l’article en précisant que ces diverses valeurs sont fondées sont sur celles de l’adjectif « simple » :

40SIMPLICITE n.f. est un emprunt (v. 1120) au dérivé latin simplicitas « substance simple » et, en parlant dune personne, « ingénuité, droiture, franchise », « naïveté ». Dans un contexte religieux, le mot a signifié « humilité » (v. 1120) ; il désigne depuis le XIIe s. l’honnêteté naturelle, la sincérité sans détour d’une personne, un comportement sans prétention ni affectation (v. 1190), à propos de la foi religieuse). □ En parlant d'une chose, simplicité se dit (v. 1300) du caractère de ce qui n’est pas décomposable ou composé. □ Le mot semploie aussi pour parler du caractère de bonté naïve dune personne (1538), et péjorativement de la naïveté exagérée (1538), une, des simplicités se disant à l'époque classique pour « actes de naïveté » (1662). Il désigne aussi (1559) le caractère d’une personne qui a des goûts simples et, par extension, la qualité d'une chose sans éléments superflus (1579), à propos de la langue, en particulier dans le domaine esthétique (1669). □ Simplicité se dit enfin de ce qui est facile à comprendre (1670) ou à exécuter (1690). □ Les diverses acceptions sont liées à un type demplois de ladjectif simple.

41Ce sont ces mêmes valeurs et indications que l’on relève dans l’entrée que lui réserve Le Robert2. Pour terminer, il y a aussi à signaler la valeur adverbiale que l’on rencontre dans des expressions du type : en toute simplicité, avec simplicité.

42Dans l’ensemble de ces valeurs du mot simplicité, fort proches donc de celles de l’adjectif simple, on note globalement la connotation « naturelle » lorsqu’associé à des personnes, ou l’expression de la facilité (vs difficulté), de ce qui n’est pas « indispensable », ou de ce qui n’est pas composé (vs « complexité ») lorsqu’associé à des « choses ».

43C'est ici que l’on peut être tenté de voir un rapport entre cette connotation et ce qui est destiné à la jeunesse, aux enfants. Mais ce qui est destiné aux jeunes, aux enfants ne signifie pas nécessairement « enfantin » (comme la qualification donnée aux échanges entre enfants), puisque nous avons manifestement affaire ici à un type de relation particulier parce qu’en règle générale, il s’agit de productions d’adultes qui « s’adressent » à de jeunes enfants en « simplifiant » ; on y cherche à faire simple, à rendre accessible les représentations à « partager », à apporter des connaissances sur le monde à travers tout ce qui est décoratif/figuratif (illustrations, images, dessins…) ou par le recours à un registre de lexique dit enfantin, « non-recherché » dit-on, avec des phrases simples et souvent « nominales ». Ces divers moyens de simplification sont aussi une voie d’accès à la langue, aux connaissances linguistiques.

44Cette aptitude à ramener la complexité des représentations du monde à une expression « simplifiée », dépouillé d’artifices, de ce qui paraît comme superflu, peut/doit aussi être sentie comme une condensation d’une multiplicité de « formes » complexes. Ce n’est, disons, pas un exercice si simple, et sans trop m’avancer sur ce terrain en laissant le soin aux spécialistes qui vont suivre, je terminerai par quatre simples citations empruntées à diverses sources qui illustrent la complexité de la simplicité :

45Fénelon a caractérisé lui-même en peu de mots cette simplicité qui le rendait si cher à tous les cœurs : La simplicité, disait-il, est la droiture d’une âme qui s’interdit tout retour sur elle et sur ses actions. (d’Alembert, Eloges de Fénelon)

46La simplicité vient du cœur, la naïveté de l’esprit. Un homme simple est presque toujours un bon homme, un homme naïf peut être un fripon ; et pourtant la naïveté est toujours naturelle, tandis que la simplicité peut être l’effet de l’art. (Chateaubriand)

La simplicité est la sophistication suprême. (Léonard de Vinci)

D’une grande complexité une grande simplicité émerge. (Winston Churchill)

Bibliographie

Trésor de la Langue Française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe,, Paris, Éditions du CNRS, 1971-1995, 16 vol. (http://atilf.atilf.fr).

Dictionnaire historique de la langue française, 4e éd. 2010, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Le Petit Robert. Dictionnaire de la langue française 1, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2011.

Dictionnaires de l'Académie française :

http://dictionnaires.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/ index.htm

Notes

1 C'est moi qui souligne dans les citations.

2 « Simplicité [sRplisite] n. f. ‑ début XIIe; lat. simplicitas 

Pour citer ce document

Reza MIR-SAMII, «De la simplicité en langue», Publije, revue de critique litteraire [En ligne], Numéros de la revue en texte intégral, La simplicité, une notion complexe ? / Dir. N.Prince & P.Eichel-Lojkine, mis à jour le : 06/01/2015, URL : http://publije.univ-lemans.fr/publije/index.php?id=171.