Des albums simples pour des sujets difficiles " href="index.php?page=backend&format=rss&ident=266" />
Aller à la navigation | Aller au contenu

Publije, revue de critique litteraire
(littérature pour la jeunesse et littérature générale)

La simplicité, une notion complexe ? / Dir. N.Prince & P.Eichel-Lojkine

Soizik JOUIN et Marie-Christine GAUDEFROY

Des albums simples pour des sujets difficiles

Article

Résumé

Les bibliothécaires sont souvent confrontés à des demandes de livres pour enfants très jeunes sur des sujets difficiles ou délicats : mort, séparation, handicap, racisme, etc., ces thèmes étant aujourd’hui abordés sans tabous dans l’édition pour la jeunesse. L’expérience prouve que les œuvres les plus fortes et les plus efficaces sont celles qui abordent ces questions avec le plus de simplicité, tant dans le texte que dans l’image.

Abstract

Librarians are often requested to provide books for very young children on difficult or sensitive topics – death, breakups, disabilities, racism, etc. Today, children’s books tackle these themes without any taboo. Experience proves that the most powerful and efficient works are those that deal with these questions in the most simple way, both in their text and images.

Texte intégral

« Parents, animateurs, enseignants, professionnels du livre et de la lecture… qu’on ne se méprenne pas sur les « livres pour enfants ». Leur apparente simplicité n’est pas un point de départ, c’est un aboutissement1

1Lorsqu’on travaille en bibliothèque, on est souvent confronté à des demandes de livres sur des sujets dits « difficiles » (divorce, handicap, maladie, mort…) de la part de parents ou d’éducateurs2. D’ailleurs, l’édition jeunesse aborde aujourd’hui des sujets qui n’auraient jamais été traités auparavant : prison, homosexualité, abus sexuels, etc. Des collections entières ont pour vocation d’aborder tous les problèmes auxquels peut être confronté un enfant. Les éditeurs et auteurs ont beaucoup d’imagination dans ce domaine : la célèbre série des Max et Lili chez Calligram ne propose pas moins de quatre-vingt quinze titres !

2 Mais pour nous bibliothécaires, ce qui fonctionne le mieux, ce ne sont pas ces « livres médicaments » mais ceux qui abordent le sujet avec le plus de simplicité. Ce sont donc ceux-là que nous proposons aux lecteurs qui nous posent ces questions graves. En effet, la simplicité amène à une épure qui rend l’émotion plus intense et plus directement en contact avec l’enfant. Arriver à la simplicité, c’est arriver à une force à hauteur d’enfant et à un niveau d’expression qui peut être partagé de plain-pied avec l’adulte.

3 Cela nécessite un gros travail de la part de l’auteur pour trouver l’image ou la phrase qui exprime l’essentiel avec une grande économie de moyens. Dans Grand-papa3, John Burningham fait comprendre en deux courtes phrases la tendre complicité d’un grand-père et de sa petite fille :

«  - Quand on sera à la plage, on pourra y rester toujours ?

- Oui, mais il faudra rentrer à quatre heures pour le goûter. »

Image 100000000000017A0000014529C4F5C6.jpg

4

Image 100000000000017A0000012C5920FC4E.jpg

5Jeannette Winter dans Mama4  a seulement besoin de deux mots pour parler de séparation et d’adoption et pour toucher à l’universel à partir de l’histoire vraie d’un bébé hippopotame et sa maman, séparés par le tsunami de 2004. « Mama » et « Bébé » deviennent tour à tour mots de tendresse, de terreur, de solitude puis d’apprivoisement quand le petit hippopotame est adopté par une tortue centenaire.

6 Souvent les livres les plus simples et les plus forts sont le résultat d’une grande implication de l’auteur comme dans Quand je suis triste5  de Michael Rosen et Quentin Blake.

Image 100000000000017A000001AB3886A091.jpg

« Sur cette photo, je suis triste.

Vous pourriez croire que je suis heureux.

En vérité, je suis triste mais je fais semblant

d’être heureux. Je fais semblant parce que je crois

qu’on ne m’aimera pas si j’ai l’air triste.

Quelquefois la tristesse est très forte.

Elle est partout. Elle m’engloutit. »

Image 100000000000017A000001E1755A0F4C.jpg

« Alors voilà à quoi je ressemble. »

« Et je n’y peux rien.

Ce qui me rend le plus triste,

c’est de penser à mon fils Eddie. Il est mort.

Je l’aimais fort, très fort, pourtant il est mort. »

7 Le procédé le plus souvent utilisé est la mise en œuvre d’une distanciation par l’utilisation de héros animaux. Il permet d’aborder des thèmes angoissants tout en préservant la sérénité du jeune lecteur. Certains thèmes abordés ainsi sont liés directement au quotidien de l’enfant. L’histoire de Léo, le petit tigre de Robert Kraus et José Aruego6, fait autant de bien aux parents stressés par les diktats de normalité éducative de notre société qu’aux enfants soumis à la pression des dits parents.

Image 100000000000017A000001F23B06E811.jpg

« Léo ne savait rien faire convenablement.

Il ne savait pas lire.

Il ne savait pas écrire.

Il mangeait comme un bébé.

Il ne disait pas un mot.

“Es-tu bien sûre que Léo s’épanouira un jour ?”

demandait le père.

“Patience ! ” répondait la mère.

“Ne l’observe pas tout le temps !

Laisse-le tranquille”

Le père de Léo essaya d’oublier son fils et regarda la télévision.

Les arbres bourgeonnèrent.

Le père de Léo laissait passer le temps, mais Léo ne s’éveillait pas.

Et puis un jour… »

Image 100000000000017A00000114BF5FF9C0.jpg

« Maintenant Léo sait lire, écrire, il mange proprement, il parle…

« Et il ne répète pas toujours le même mot.

Il peut dire toute une phrase.

Et cette phrase, c’est ”Moi aussi, je sais le faire !” »

8D’autres thèmes touchent moins directement les enfants mais laissent une empreinte et une ouverture qui pourra avoir des résonances dans leur vie future.

Image 100000000000017A0000013E83B04499.jpg

9Ainsi, Tango a deux papas7 de Béatrice Boutignon raconte l’histoire vraie de deux manchots mâles inséparables qui vivent au zoo de Central Park. Ils ont très envie de couver eux aussi, comme tous les couples de manchots qui les entourent. Ils commencent même à couver un galet… Ayant remarqué leur manège, les gardiens leur apportent un œuf abandonné.

Image 100000000000017A000001376DA76EA3.jpg

10Nos deux manchots le couvent à tour de rôle et quelque temps plus tard va naître la petite Tango, qu’ils vont élever avec beaucoup de tendresse.

Image 100000000000017A000001172BFF7DF2.jpg

« Maintenant, Tango est grande et ressemble à ses parents :

le haut de la tête noir, un trait fin dans le cou, deux ailes blanches

à l’intérieur et deux grosses pattes toutes roses !

Les visiteurs cherchent à la reconnaître.

Ils veulent la voir, car elle est seule, ici, à avoir deux papas !

C’est comme ça,

et pourquoi pas ? »

11Le problème de la mort est lui aussi souvent abordé par le biais d’animaux comme dans Les Couleurs de la vie8  de Margaret Wild et Ron Brooks.

Image 100000000000015B0000017AB39C84B9.jpg

12 Rosaline est une petite cochonne qui vit avec sa grand-mère. Un matin, sa grand-mère est fatiguée et ne descend pas pour le déjeuner.

« Le lendemain matin, Grand-Mère était encore très fatiguée, mais elle se força à se lever. Elle prit une cuillerée de porridge, une gorgée de thé et une bouchée de toast.

« Ce n’est même pas suffisant pour nourrir un petit moineau », dit Rosaline en faisant une drôle de grimace qui se voulait sévère. Mais Grand-Mère se contenta de baisser les paupières. Puis elle mit son chapeau et prit son sac à main.

« J’ai beaucoup à faire aujourd’hui », dit-elle. « Je dois être prête. »

« Prête à quoi ? » demanda Rosaline. Grand-Mère ne répondit pas. Ce n’était pas nécessaire : Rosaline avait compris et son cœur se serra. »

13Grand-Mère règle toutes ses affaires, rend ses livres à la bibliothèque et n’en emprunte pas d’autres, ferme son compte en banque et donne l’argent restant à Rosaline. Puis, elle décide de partager une belle journée avec sa petite fille. Le soir vient.

« [Alors Rosaline] alla dans la chambre de Grand-Mère. Grand-Mère n’était pas encore endormie. Rosaline s’assit sur le lit à ses côtés.

« Lorsque j’étais toute petite et que j’avais un cauchemar, tu venais dans mon lit et tu me serrais très fort dans tes bras. Tu t’en souviens ? »

« Oui, je me souviens », dit Grand-Mère.

« Ce soir », dit Rosaline, « j’aimerais venir dans ton lit et te serrer très fort dans mes bras. Tu veux bien ? »

« Oh oui, je veux bien ! » dit Grand-Mère.

Puis Rosaline grimpa dans le lit de Grand-Mère et la prit dans ses bras. Pour la toute dernière fois, Grand-Mère et Rosaline restèrent serrées l’une contre l’autre jusqu’au matin. »

14Un autre biais est d’utiliser un objet ou élément familier pour évoquer des sujets difficiles en toute simplicité. Qu’y a-t-il de plus fort que le vide pour exprimer la profonde tristesse ressentie après la mort d’un être cher ? Ce vide peut être montré très concrètement par la puissance d’images simples.

15Voici la première page de Grand-papa de John Burningham, déjà évoqué plus haut :

Image 100000000000017A0000010E67676800.jpg

16Et voici la page qui clôt l’album :

Image 100000000000017A000000C5426EE9B4.jpg

17 Une des doubles pages les plus fortes de Quand je suis triste  de Michael Rosen montre l’album photo familial tragiquement interrompu :

Image 100000000000017A000000FBEB24E93A.jpg

18 Charlotte Moundlic, l’auteur de La croûte9 utilise un élément très familier aux enfants dont les genoux sont souvent couronnés de bobos :

Image 100000000000017A0000021791376299.jpg

19Elle nous raconte l’histoire dun petit garçon qui vient de perdre sa maman et qui essaie désespérément de conserver le souvenir de son odeur et de sa voix.

« De toutes les manières, je ne dois pas trop écouter de choses.

Parce que j’ai peur d’effacer la voix de maman.

Alors, je me bouche les oreilles et je ferme la bouche pour la garder.

Mais pas le nez car il faut quand même que je puisse respirer.

Hier, je suis tombé en courant sur le mur coupant du jardin,

j’ai une sacrée écorchure sur le genou, c’est pas joli-joli,

mais je l’ai entendue, la voix de maman.

Alors ça m’a fait du bien d’avoir mal.

J’attends que la petite croûte se forme et je la gratte

avec le bout de mon ongle pour que l’écorchure s’ouvre à nouveau

et que le sang revienne.

J’ai un peu mal et j’essaye de ne pas pleurer.

Je me dis que tant que le sang coulera, je garderai la voix.

Comme ça je suis un peu moins triste. »

20Dans Moun10 de Rascal et Sophie :

Image 1000000000000151000001DBFD04314B.png

21c’est un coffret de bambou qui signifie à la fois l’adoption réussie et le lien préservé avec les origines.

Image 100000000000017A000000F4EE68A54F.jpg

22

23De l’autre côté de l’océan, le bébé Moun sera recueilli et adopté. Elle grandira, entourée de frères et sœurs et deviendra une jeune fille heureuse et équilibrée.

Image 10000000000001A00000012ADA0B8FDC.jpg

 « Elle la serra une dernière fois

contre son cœur et la confia à l’océan. »

24

25Ces éléments familiers peuvent prendre force de symbole, comme la casserole que traîne le petit Anatole dans La petite casserole d’Anatole11 d’Isabelle Carrier.

Image 100000000000017A0000010E4A089A37.jpg

Image 100000000000017A00000134533F6D5A.jpg

« Elle lui est tombée dessus un jour…

On ne sait pas bien pourquoi.

À cause de cette petite casserole, Anatole n’est plus tout à fait comme les autres. 

Anatole aimerait bien se débarrasser de sa petite casserole,

mais c’est impossible. »

26Elle se coince partout et l’empêche de vivre comme les autres enfants. Anatole, désespéré, décide de se cacher. Mais heureusement ….

Image 100000000000017A000001DD7420E924.jpg

27

28et Anatole a la chance d’en croiser une…

Image 100000000000017A00000131794CB973.jpg

29

Image 100000000000017A0000012215E169DD.jpg

« Puis ils se séparent.

La petite casserole est toujours là,

mais elle est plus discrète…

Et surtout, elle ne se coince plus partout… »

30L’humour permet également de faire ressentir très simplement aux enfants des problèmes aussi complexes que le racisme. C’est ce que réussit très bien Jérôme Ruiller dans Homme de couleur12, inspiré d’un conte africain.

Image 10000000000001620000017A4DC6A19B.jpg

« Moi, homme noir, quand je suis né, j’étais noir.

Toi, homme blanc, quand tu es né, tu étais rose.

Quand j’ai grandi, j’étais noir.

Toi, quand tu as grandi, tu étais blanc.

Quand je me mets au soleil, je suis noir.

Toi, quand tu te mets au soleil, tu es rouge.

Quand j’ai froid, je suis noir.

Toi, quand tu as froid, tu es bleu.

Quand j’ai peur, je suis noir.

Toi, quand tu as peur, tu es vert.

Quand je serai mort, je serai noir.

Toi, quand tu mourras, tu seras gris.

Et tu m’appelles homme de couleur ! »

31Même la mort peut être représentée comme simple, familière et sympathique, comme dans Bonjour Madame la mort13  de Pascale Teulade et Jean-Charles Sarrazin, où la Mort se prend d’amitié pour la vieille fermière qu’elle venait chercher et se trouve si bien chez elle qu’elle n’a plus envie de repartir. A la fin du livre, la vieille dame bien fatiguée s’endormira paisiblement pour toujours, veillée tendrement par la Mort elle-même…

Image 100000000000017A00000217F45F88C6.jpg

Image 100000000000017A000001DC42272516.jpg

32Dans La caresse du papillon14 de Christian Voltz :

Image 100000000000017A0000019C8367E2C2.jpg

33un grand-père un peu trop porté sur la bouteille évoque avec son petit-fils la grand-mère morte qui continue à veiller sur eux avec tendresse …

Image 100000000000017A000000C9CF98B504.jpg

34et qui l’empêche de trop boire.

Image 100000000000017A0000009ED353388B.jpg

35Il y aurait encore mille choses à dire sur le sujet, en particulier en ce qui concerne le graphisme, que nous n’avons pratiquement pas évoqué. Nous avons dû faire des choix douloureux car nous aurions pu citer beaucoup d’autres albums racontant en mots et images épurés de belles et fortes histoires. Non, décidément, en littérature pour la jeunesse, simplicité n’est pas facilité !

Notes

1 Hauts les docs ! sous la dir. d’Yvanne Chenouff, Paris, Association française pour la lecture, 2009.

2 Récemment, une maman est venue me demander de lui conseiller des livres traitant de la maladie. Atteinte d’une tumeur au cerveau, elle souhaitait de l’aide pour aborder ce sujet avec ses enfants. Plus récemment encore, c’est un papa qui souhaitait emprunter des ouvrages parlant de la mort. Sa mère se trouvait en phase terminale et il voulait préparer son jeune fils au départ de sa grand-mère.

3 Burningham John, Grand-papa, Paris, Flammarion jeunesse, 1984.

4 Winter Jeannette, Mama ? : une histoire vraie, décembre 2004, Malindi, Kenya, Paris, Gallimard jeunesse, 2006.

5 Rosen Michael ; Blake Quentin, ill., Quand je suis triste, Paris, Gallimard jeunesse, 2005.

6 Kraus Robert ; Aruego José, ill., Léo, Paris, l’École des loisirs, 1972.

7 Boutignon Béatrice, Tango a deux papas : et pourquoi pas ?, Paris, le Baron perché, 2010.

8 Wild Marguaret ; Brooks Ron, ill., Les couleurs de la vie, Paris, l’École des loisirs, 1997.

9 Moundlic Charlotte ; Tallec Olivier, ill., La croûte, Paris, Père Castor-Flammarion, 2009.

10 Rascal ; Sophie, ill., Moun, Paris, l’École des loisirs, 1994.

11 Carrier Isabelle, La petite casserole d’Anatole, Vineuil (Loir-et-Cher), Bilboquet, 2009.

12 Ruillier Jérôme, Homme de couleur ! : inspiré d’un conte africain, Vineuil (Loir-et- Cher), Bilboquet, 1999.

13 Teulade Pascale ; Sarrazin Jean-Charles., ill., Bonjour Madame la Mort, Paris, l’École des loisirs, 1997.

14 Voltz Christian ; photographies de Hess Jean-Louis, La caresse du papillon, Rodez, Éd. du Rouergue, 2005.

Pour citer ce document

Soizik JOUIN et Marie-Christine GAUDEFROY, «Des albums simples pour des sujets difficiles», Publije, revue de critique litteraire [En ligne], Numéros de la revue en texte intégral, La simplicité, une notion complexe ? / Dir. N.Prince & P.Eichel-Lojkine, mis à jour le : 06/07/2015, URL : http://publije.univ-lemans.fr/publije/index.php?id=266.